Road trip USA : conseils et itinéraires

Les États-Unis : quel merveilleux théâtre pour un road trip de rêve ! Entre la féerie de ses grandes villes et le souffle de ses grands espaces, le mythe du rêve américain est plus vivant que jamais. Check-list d’un road trip réussi sur la route des USA.

Préparer ses papiers avec vigilance

Naturellement, un road trip aux États-Unis ne s’improvise pas complètement du jour au lendemain. La première chose à faire est de vérifier la validité de votre passeport. Celui-ci doit être valable encore 6 mois au moment de votre entrée sur le territoire des États-Unis. Si vous possédez un passeport biométrique, vous n’avez même pas besoin d’introduire une demande de visa tant que votre séjour n’excède pas les 90 jours. En revanche, vous devez obligatoirement obtenir votre ESTA (Electronic System for Travel Authorization). Cela peut être fait en ligne, de préférence auprès d’une instance gouvernementale.

Planifier son itinéraire avec soin

L’itinéraire de votre road trip aux USA dépendra ensuite largement de vos intérêts personnels, mais aussi de la durée de votre séjour. Car le continent est vaste. Des applications comme Roadtrippers ou Google Maps seront utiles pour planifier votre itinéraire et calculer la durée de vos trajets à travers l’Amérique. Des sites comme Airbnb ou Booking sont extrêmement bien fournis aux USA et constituent une bonne solution pour réaliser des économies ou dénicher un endroit atypique pour une nuit. Sinon, louer un camping-car est également une solution.

Choisir son véhicule avec sagesse

Il est relativement facile de louer une voiture aux USA. Un permis de conduire international n’est normalement pas nécessaire pour un séjour de moins de 90 jours, même si certains loueurs peuvent le demander. Pour dénicher l’offre idéale, un comparateur comme Happycar est un outil précieux. Pour votre road trip au pays de l’automobile, privilégiez une voiture confortable et adaptée à votre parcours, comme un petit SUV. N’hésitez pas non plus à prendre une assurance avec votre location (la route est longue).

Prendre la route avec gourmandise

Avec 50 états répartis sur un territoire de 9 631 417 km2, inutile de dire que les possibilités sont vastes et les idées nombreuses ! Il existe cependant quelques grands classiques parmi les dizaines (ou plutôt les centaines !) d’idées de road trips aux USA.

La Californie : de Sacramento à San Diego

Ce road trip le long de la côte ouest des USA allie le charme des métropoles californiennes avec des paysages époustouflants. Au départ de Sacramento, vous pourrez tour à tour découvrir l’intense beauté de la baie de San Francisco, la nature primitive du Yosemite National Park, les arbres séculaires de la Sequoia National Forest, les projecteurs de Los Angeles et les grands parcs de divertissement autour de San Diego. Un concentré de rêve américain !

Le Grand Ouest : l’épopée sauvage

monument valleyLE grand classique. Celui dont les images rappellent instantanément toute l’immensité du continent américain. Après avoir un peu profité de Los Angeles, foncez vers les lumières de Las Vegas pour une première approche du mythe. Ensuite, c’est le désert qui s’offre à vous : Grand Canyon, Monument Valley, Bryce Canyon, Mesa Verde, Zion National Park… autant de noms qui attisent l’imagination et vous laisseront des souvenirs indélébiles.

La côte est : de Boston à Miami

Un grand voyage ! Plus de 1 500 miles le long de la côte est des États-Unis : Boston, New York, Philadelphie, Washington DC, Charleston, Savannah, Jacksonville, Orlando, Miami… De la Nouvelle-Angleterre à la Floride, cette odyssée américaine sera également une balade à travers l’histoire du pays.

Votre grande virée à travers les USA vous attend !

Circuit : 5 jours en Écosse

Contrairement à ce que son emblème laisserait supposer, l’Écosse est une destination qui recèle bien peu d’épines. Organisé sur seulement cinq jours, cet itinéraire savamment concocté regroupe certains des plus beaux joyaux de la couronne écossaise, entre paysages fantastiques, châteaux hantés et villes chaleureuses. Un bel exemple de road trip en Écosse.

Jour 1 : La capitale du royaume

Impossible de prétendre connaître l’Écosse sans être passé par Édimbourg. Consacrez donc une journée à la découverte de la capitale écossaise, et plus particulièrement celle de son cœur médiéval. Admirez le palais royal de Holyrood, flânez le long des ruelles du Royal Mile et profitez d’un air de cornemuse depuis les remparts de la forteresse dominant la ville. Une fois rassasié, prenez la M90 en direction du nord et arrêtez-vous à Perth, l’ancienne capitale des rois d’Écosse.

Jour 2 : Une terre de légendes

paysage d'écosseTout autant que les châteaux, les mythes et les légendes font intégralement partie du paysage écossais. Après avoir quitté Perth, continuez vers le nord et enfoncez-vous au cœur des antiques forêts du parc national de Cairngorms. En fonction de vos goûts, vous pouvez choisir d’effectuer une halte à Blair Castle, charmant château tout de blanc vêtu, ou bien sur la rive du magnifique Loch Insh. Poursuivez votre circuit en Écosse vers le Loch Ness et tentez d’apercevoir son fameux monstre (qui est resté un grand timide). Un musée lui est d’ailleurs consacré à Drumnadrochit. Pour la nuit, remontez le loch jusqu’à Inverness ou bien arrêtez-vous dans un village des environs.

Jour 3 : Le souffle des Highlands

À vous les grands espaces ! En prenant la route d’Ullapool, votre road trip vous fait pénétrer au cœur des Highlands. Le paysage se fait plus sauvage, plus grandiose, recouvert d’une végétation d’un vert éclatant. Poussez éventuellement jusqu’à la vertigineuse cascade de Corrieshalloch (60 m !) avant de reprendre l’A832 en direction de Torridon. Accompagnée par la silhouette des montagnes de la réserve naturelle de Beinn Eighe, cette route est connue pour être l’une des plus bucoliques d’Écosse. Traversez le village de Plockton (et ses palmiers !) et abordez l’île de Skye, la nouvelle étape de votre parcours. Arrêtez-vous pour la nuit à Broadford ou Portree, si possible.

Jour 4 : L’île de Skye

L’île de Skye est un lieu à part. Après avoir déambulé entre les maisons colorées du port de Portree, les plus sportifs n’hésiteront pas à braver les 2 heures de marche pour parvenir jusqu’au curieux monolithe baptisé Old Man of Storr. La vue exceptionnelle sera l’un des points forts de votre road trip de 5 jours en Écosse. Mais l’île accueille également Dunvegan Castle, la distillerie Talisker ou encore le phare de Neist Point. Ici, la sensation d’être au bout du monde est presque grisante ! Reprenez ensuite la route jusqu’à Fort William. N’oubliez pas de faire une halte pour saluer l’emblématique Eilean Donan Castle, installé sur une île au milieu d’un loch.

Jour 5 : Le retour des héros

La route réserve encore de jolies surprises avant de rejoindre Édimbourg. En quittant Fort William, faites éventuellement un détour pour contempler le viaduc de Glenfinnan, remarquable ouvrage que les fans de Harry Potter reconnaîtront sans doute. La route serpente ensuite entre les vallons verts du Glencoe et les remarquables forêts du parc national des Trossachs avant de passer par Stirling, lieu emblématique de la résistance écossaise contre les Anglais au XIIIe siècle. En regagnant la capitale, vous achevez votre parcours de 5 jours en Écosse.

De Cassis, visite des calanques en bateau ou à pied

calanques de cassisEntre Marseille et Cassis, les baies rocheuses du Parc naturel des Calanques découpent le littoral méditerranéen. Sous des airs de paradis perdu, ce paysage sauvage et sublime cultive sa beauté cachée derrière ses blanches falaises, comme pour mieux surprendre celui qui oserait s’aventurer jusqu’à lui. Un défi qu’il ne faut pourtant pas hésiter à relever.

Explorer les calanques à pied

Délicatement nichée sur le rivage de la Méditerranée, Cassis est une petite ville très agréable située entre deux incroyables sites naturels : le cap Canaille et le fameux massif des Calanques. Consciente de cette attractivité, la ville s’applique à en faciliter l’accès pour les touristes désireux de visiter les calanques à pied depuis Cassis. De nombreuses aires de stationnement ont donc été aménagées aux abords des sentiers de randonnées en direction du Parc naturel des Calanques et des trois anses les plus proches.

Focus sur les merveilles :

  • Calanque de Port-Miou : cette ancienne carrière est maintenant un véritable port naturel capable d’abriter plus de 600 bateaux.
  • Calanque de Port-Pin : au fond d’un goulet encaissé, sa plage de sable fin et ses eaux bleu turquoise en font un lieu de baignade très apprécié par les promeneurs. Un vrai petit paradis !
  • Calanque d’En-Vau : sa crique abritée par de larges rochers blancs constitue un excellent lieu de farniente et de baignade après l’effort. Une perle.

Attention : le sentier entre Port-Pin et En-Vau est plutôt escarpé et conseillé aux randonneurs expérimentés. Il est généralement très fréquenté à la haute saison.

Aborder les calanques en bateau

Le bateau représente le moyen de transport idéal pour faire une balade dans les calanques de Cassis. En effet, les risques d’incendie en été poussent souvent les autorités à limiter l’accès au massif des calanques pour les promeneurs. Depuis le pont d’un navire, quelques heures de navigation suffisent pour admirer sereinement le paysage et profiter de la beauté des lieux.

Depuis le port, différents circuits sont proposés par les compagnies chargées de la visite des calanques de Cassis en bateau, allant de la simple découverte (3 calanques) jusqu’au tour complet (9 calanques). Les tarifs varient en fonction du circuit adopté (entre 16 € et 28 € par adulte). Il suffit généralement de retirer les billets sur place, 30 minutes avant l’embarquement à la billetterie en face des navires (kiosque jaune). En fonction de l’itinéraire, la navigation dure entre 45 minutes et 2 heures. Songez aussi que vous pouvez louer votre propre bateau afin d’explorer les calanques à votre rythme.

Découvrir les calanques à la force des bras

Il existe cependant une option plus sportive : s’aventurer à l’intérieur des calanques en kayak ! La location s’effectue depuis la plage de Cassis, juste à côté du centre-ville, pour une durée raisonnable qui laisse aux usagers la possibilité d’explorer les trois calanques de Port-Miou, de Port-Pin et d’En-Vau. Quel plaisir que de pouvoir pique-niquer les pieds dans l’eau au fond des calanques !

Quel que soit votre choix, vous repartirez comblé de cette excursion dans les calanques de Cassis, avec du soleil plein les yeux et le chant des cigales encore dans les oreilles.

Visite de Dubrovnik : sur les traces de Game of Thrones

La cité croate de Dubrovnik était déjà très prisée pour son cadre sublime sur la côte Dalmate, mais la série phare de HBO Game of Thrones lui a donné un nouvel éclat. Aujourd’hui, l’image de la ville est intimement liée avec celle de la série à succès, si bien que de nombreux fans n’hésitent plus à partir sur les traces de leur(s) personnage(s) préféré(s) en Croatie. Les tour-opérateurs se sont évidemment rapidement adaptés à cette nouvelle mode, proposant la visite guidée des lieux utilisés par les équipes de tournage de GoT à Dubrovnik. Présentation de ce petit coin de Westeros.

Dubrovnik en CroatieUn environnement fantastique à Dubrovnik

Depuis les tout premiers épisodes, les rues de Dubrovnik abritent donc les habitants de King’s Landing (Port-Réal), la capitale du royaume de Westeros. Au cours des saisons successives, la ville et ses alentours ont également servi de décor à plusieurs scènes se déroulant au fin fond du mystérieux continent d’Essos, notamment filmées sur l’île de Lokrum, visible depuis la ville, ou au parc de Trsteno. Quand la frontière entre fiction et réalité s’efface…

Franchir les portes avec Joffrey

Ainsi, chaque coin de rue semble dégager un parfum de complots et de trahisons. En approchant des portes de l’ancienne cité, vous remarquerez certainement la structure triangulaire du fort Lovrijenac sur son éperon rocheux. Celui-ci est une silhouette bien connue des fans de la série puisque plusieurs scènes de Game of Thrones à Dubrovnik ont été tournées à l’abri de ses murs, dont le tournoi de l’anniversaire de Joffrey (saison 2). Le fort sert également de modèle au célèbre donjon rouge. Lors du tournage de la série, la porte Pile, qui protège la ville depuis le XIVe siècle, fut également le théâtre de plusieurs scènes mémorables, comme lorsque la procession royale est soumise aux moqueries et aux violences d’une population affamée (saison 2).

Sur les remparts avec Tyrion

Les remparts constituent certainement le monument le plus célèbre de Dubrovnik. Construite afin de protéger la cité des incursions ennemies, cette impressionnante muraille apparaît régulièrement dans la série, protégeant la capitale de Westeros lors de la spectaculaire bataille de Blackwater (saison 2). De nombreuses scènes de combats, notamment avec le personnage de Tyrion, ont été tournées sur ces murs. D’autres décors du tournage de Game of Thrones seront susceptibles d’interpeller les connaisseurs de la série, comme la tour ronde de la forteresse de Minceta, utilisée lors du passage de Daenerys à Qarth. En se promenant le long des remparts, il devient facile de s’imaginer dans le rôle d’un garde de la cité, d’un espion de Lord Varys ou bien dans celui d’un intrigant complotant contre la reine Cersei.

Marcher avec Cersei

En arpentant les rues de la vieille ville, les visiteurs vont encore côtoyer plusieurs lieux ayant accueilli les acteurs de la série. Près du port, l’ancien monastère dominicain fut ainsi témoin de plusieurs scènes clés de Game of Thrones en Croatie. Dans l’une des premières saisons, les gardes de la ville y mettent à mort l’un des fils bâtards de Robert Baratheon. La reine Cersei emprunte également cette rue au cours de sa marche de la honte. Le début de cette scène mémorable fut filmé un peu plus loin, sur l’escalier des Jésuites (saison 5).

Dubrovnik dispose même d’une réplique grandeur nature du célèbre Trône de Fer, sur lequel les fans adorent se faire photographier (à condition d’accepter de débourser 5 € !). Mais prenez garde : When you play the game of thrones, you win or you die.

Top 10 des plus belles randonnées dans les gorges du Verdon

Que vous soyez en quête d’un défi sportif ou d’une paisible sortie en famille, vous trouverez forcément la voie qui vous correspond dans cette sélection de 10 sentiers de randonnées situées dans les gorges du Verdon, classées par ordre croissant de difficulté.

paysage des gorges du verdonLe sentier du Lézard

Temps : 2 h ; Distance : 5 km ; Dénivelé : 80 m
En partant du parking du Point Sublime, le chemin décrit une boucle paresseuse autour du lit du torrent. Cette belle promenade aux abords des gorges du Verdon est notamment l’occasion de faire connaissance avec la faune et la flore du parc naturel.

La chapelle de Baudinard

Temps : 1 h ; Distance : 3 km ; Dénivelé : 100 m
Idéal pour une petite balade familiale, ce sentier des gorges du Verdon s’élève depuis le village de Baudinard jusqu’à une chapelle dominant le lac de Sainte-Croix. Le sommet offre un superbe panorama sur le lac et l’entrée des gorges du Verdon.

Le sentier des pêcheurs

Temps : 2 h 30 ; Distance : 6 km ; Dénivelé : 300 m
À partir du col de l’olivier, cette promenade dans les gorges descend doucement le long du lit du Verdon. Quelques éboulis de gros rochers et un retour un peu raide constituent la seule difficulté de ce parcours.

Le circuit du coteau Chiron

Temps : 2 h 30 ; Distance : 6 km ; Dénivelé : 60 m
Ce paisible chemin face au Verdon serpente entre deux petits lacs à proximité du village de Saint-Laurent-du-Verdon. Très belle vue sur le village depuis le lac de Montpezat.

La chapelle Sainte-Maxime

Temps : 3 h 30 ; Distance : 11 km ; Dénivelé : 300 m
Depuis le village de Quinson, cette promenade dans les basses gorges du Verdon sait récompenser les hardis marcheurs. Les nombreux tunnels, ponts suspendus ou autres escaliers taillés dans la roche apportent un petit parfum d’aventure en plus.

Le circuit de Bauduen

Temps : 4 h ; Distance : 13 km ; Dénivelé : 200 m
Ce sentier de randonnée pédestre face au Verdon trace une large boucle sur la presqu’île de Bauduen et longe le lac de Sainte-Croix. Plusieurs passages délicats (dont le franchissement d’un éperon rocheux) en font un chemin à déconseiller aux enfants.

Le circuit du Colostre

Temps : 4 h ; Distance : 14 km ; Dénivelé : 400 m
D’abord situé le long du cours du Colostre, le chemin progresse au début en sous-bois avant de gravir une crête rocheuse offrant une belle vue sur la vallée du Verdon et le lac d’Esparron.

Le Grand Margès

Temps : 4 h ; Distance : 13 km ; Dénivelé : 600-800 m
Deux sentiers de randonnées dans les gorges du Verdon permettent l’ascension de cette montagne offrant un magnifique point de vue sur les gorges du Verdon. Depuis un parking sur la D 17, le premier grimpe de manière régulière jusqu’au plateau de La Colle avant de rejoindre le sommet. Depuis le village d’Aiguines, le deuxième s’élève rapidement jusqu’au pic du Puits et le sommet du Margès.

Le sentier Blanc-Martel

Temps : 6 h ; Distance : 15 km ; Dénivelé : 350 m
Depuis le chalet de la Maline, ce sentier ardu vous promet une randonnée inoubliable dans le grand canyon des gorges du Verdon. Il descend au fond du canyon du Verdon qu’il remonte ensuite sur plusieurs kilomètres, alternant les phases au plus près du torrent avec celles situées à flanc de falaise. Le vertigineux escalier de la brèche Imbert constitue le point le plus impressionnant de cette rando.

Le sentier de l’Imbut

Temps : 5 h ; Distance : 13 km ; Dénivelé : 600 m
La plus spectaculaire rando des gorges du Verdon ! En partant du parking des cavaliers, le sentier plonge dans le canyon et se poursuit jusqu’au chaos de l’Imbut. Avec ses nombreux passages très escarpés, cette randonnée est réservée aux marcheurs expérimentés.

Tous nos conseils pour voyager seule quand on est une femme

voyager seule quand on est une femmeVoyager en solitaire, c’est la garantie de faire des découvertes et des rencontres inoubliables – à condition de respecter quelques règles élémentaires de prudence ! Si cette recommandation vaut pour tous les voyageurs, il est vrai que les femmes sont souvent plus directement concernées par les rencontres importunes et les contraintes imposées par les convenances sociales. Découvrez dans cet article quelques conseils pour voyager seule et sans encombre quand on est une femme.

Quelle destination choisir ?

Pour préparer au mieux votre voyage, il vous faut dans un premier temps décider d’une ou plusieurs destinations ! Où voyager seule ? Il serait bien dommage de penser que pour une femme voyageant seule, certaines destinations sont adaptées et d’autres non ! Bien entendu, dans certains pays, une voyageuse non accompagnée attirera plus l’attention qu’un homme seul. Des précautions adaptées seront donc à prendre en fonction de votre destination. Pour autant, n’hésitez pas à parcourir le monde en solo, quitte à commencer par voyager seule en Europe pour gagner en assurance. Avec un peu d’expérience du voyage en solitaire, vous serez rapidement tentée par des destinations plus lointaines !

Que mettre dans sa valise ?

La question peut sembler triviale, d’autant plus que le contenu de votre valise ne changera pas beaucoup, que vous voyagiez seule en tant que femme ou non. Pourtant, en fonction des pays que vous visiterez, certaines précautions sont nécessaires. Renseignez-vous avant de partir sur les habitudes vestimentaires des femmes du pays que vous visitez : par exemple, le port du voile est obligatoire dans certaines régions, et vous y éviterez bien des ennuis en couvrant vos cheveux. Rien ne vous oblige toutefois à adopter la mode locale : dans la majorité des cas, des vêtements longs et amples feront tout à fait l’affaire. Si vous partez seule en vacances en tant que femme, pensez aussi à emporter les produits d’hygiène intime auxquels vous êtes habituée. En effet, ceux-ci ne seront pas nécessairement disponibles sur place. Enfin, si cela vous permet de vous sentir plus à l’aise, n’hésitez pas à vous munir d’un petit aérosol de défense, à n’utiliser qu’en cas d’extrême urgence.

Quelques précautions à prendre sur place

Selon la destination choisie pour voyager seule en tant que femme, vous devrez être attentive à certaines pratiques locales. Observez le comportement des femmes du pays, et n’hésitez pas à les interroger sur ce qui est socialement accepté ou non. Des détails qui peuvent vous paraître insignifiants, comme un regard trop appuyé ou une cigarette fumée en public, sont susceptibles d’être mal interprétés ou considérés comme irrespectueux. D’autres précautions plus générales sont à observer quel que soit le pays que vous visitez. Par exemple, n’acceptez pas une boisson de la part d’un inconnu : il pourrait y avoir incorporé des drogues, une pratique relativement courante dans certaines régions. Si vous faites du stop, soyez particulièrement vigilante : demandez au chauffeur sa destination avant de lui donner la vôtre, retenez la plaque d’immatriculation du véhicule, et refusez de monter dans une voiture si vous avez un doute !

Quelle est la meilleure place dans un avion ?

Pour effectuer un vol agréable, en particulier dans un avion long-courrier, le choix d’une place confortable est déterminant. Si votre budget vous le permet, la classe affaires et la première classe sont idéales : vous bénéficierez de plus d’espace et de sièges ergonomiques. Mais même en classe économique, certaines places sont plus agréables que d’autres. Découvrez les avantages des différentes places, en fonction de vos priorités !

Avoir suffisamment d’espace

meilleure place en avionEn particulier pour les personnes de grande taille, l’espace disponible entre les sièges d’avion est un véritable sujet d’inquiétude. En effet, pour optimiser le remplissage des avions, les compagnies aériennes, et notamment les compagnies low-cost, ont tendance à choisir des appareils aux rangées très rapprochées. Voici trois conseils pour choisir sa place dans un avion en fonction de l’espace disponible pour les jambes :

  • privilégiez les places situées à proximité des issues de secours : plus aérées, elles ont toutefois deux inconvénients, d’une part vous devrez aider le personnel de vol en cas d’incident, d’autre part vous ne pourrez pas placer votre bagage cabine sous le siège devant vous ;
  • choisissez la première rangée de l’appareil ou de la classe économique : vous aurez alors un espace bien plus conséquent devant votre siège ; bien entendu, ces places sont souvent prises d’assaut par les voyageurs ;
  • sélectionnez un siège côté couloir, pour éviter de vous retrouver coincé(e) par d’autres passagers.

Être au calme

Si votre priorité est d’effectuer un vol en toute tranquillité, la meilleure place dans un avion sera totalement différente. Deux critères sont à prendre en compte : les mouvements de passagers et de bagages, ainsi que les éventuelles turbulences pendant le vol. Pour choisir votre siège, consultez le plan des sièges de l’avion en prenant en compte les remarques suivantes :

  • les sièges situés côté hublot sont les plus tranquilles : vous pourrez non seulement profiter de la vue, mais également régler la luminosité de votre place en accédant directement au store du hublot ; de plus, vous serez isolé(e) du passage dans les allées, et n’aurez pas à vous lever pour laisser passer vos voisins ;
  • évitez à tout prix les rangées placées à proximité des toilettes : les passagers assis à ces places sont constamment dérangés par le passage dans les allées, les ouvertures et fermetures de portes… ;
  • si vous êtes sensible aux turbulences, choisissez un siège à proximité des ailes, vers le centre de l’avion : il s’agit de l’endroit le plus stable de l’appareil, où les éventuelles turbulences se font le moins ressentir.

Voyager avec des enfants

Enfin, où se placer dans un avion lorsque l’on voyage avec des enfants ? Il s’agit non seulement d’assurer à toute la famille le meilleur confort possible, mais également de déranger le moins possible les autres passagers. Le choix de vos places dans l’avion pourra se faire en fonction de deux critères :

  • choisissez une rangée suffisamment spacieuse, idéalement à l’avant de l’avion ou entre deux classes : ainsi, vos enfants pourront se dégourdir facilement les jambes, sans risquer de gêner les passagers de la rangée devant vous ; si possible, il est bien entendu préférable de placer toute la famille sur la même rangée ;
  • assurez-vous également d’être assis à proximité des toilettes, pour ne pas devoir traverser tout l’appareil avec vos enfants en cas de besoin pressant !

Top 3 des pays d’Amérique latine à visiter !

meilleures destinations en amériqueVaste continent aux frontières plus culturelles que géographiques, l’Amérique latine regorge de joyaux naturels inestimables et de villes toutes plus surprenantes les unes que les autres. Dans chacun de ses pays, quantité de trésors naturels et culturels sont à découvrir. Difficile de savoir par où commencer ! Pour vous aider à faire votre choix, voici quelques pistes à propos de trois pays à découvrir absolument : Cuba, le Pérou et l’Argentine. Dépaysement garanti !

Cuba : l’île aux deux visages

Pour un premier voyage en Amérique latine, Cuba est une destination idéale. Longtemps soumise à un isolement profond, la plus grande île des Antilles est de nouveau accessible aux touristes curieux de découvrir ses secrets. Profondément marquée par le passé, Cuba vous offrira un incroyable voyage dans le temps, tout en vous présentant des paysages à couper le souffle. C’est à La Havane qu’on a le meilleur aperçu de l’atmosphère particulière du pays, qui le différencie des autres pays d’Amérique latine. De nombreux musées vous proposent de découvrir l’histoire de l’île, et les Cubains, à l’hospitalité légendaire, seront ravis de partager avec vous leur culture et leurs traditions. Avec ses plages paradisiaques, Cuba est également l’endroit parfait pour se détendre sous les palmiers, par exemple à Varadero, l’une des stations balnéaires les plus réputées au monde. Le site de María la Gorda, à l’extrémité occidentale de l’île, fera quant à lui le bonheur des amateurs de plongée.

Une aventure unique au Pérou

Pour poursuivre votre périple dans les pays latino-américains, rendez-vous au Pérou. Ce pays d’un peu plus de trente millions d’habitants se déploie entre l’océan Pacifique, les montagnes des Andes et la forêt amazonienne. Sa culture chatoyante et ses sites touristiques inoubliables en font l’un des plus beaux pays du continent sud-américain. Située en altitude, Cuzco est l’une des villes les plus surprenantes du continent, avec ses églises baroques côtoyant des ruines de temples incas. Elle est également le point de passage obligatoire pour rejoindre le célèbre Machu Picchu. Par sa majesté et la beauté extraordinaire de ses paysages, ce site archéologique inca pourrait devenir le point culminant de votre voyage en Amérique du Sud, dans tous les sens du terme ! Ne manquez pas de faire un tour par Lima, la capitale péruvienne. Dans cette immense métropole, découvrez d’intéressants musées sur l’histoire du pays, mais également les subtilités de la gastronomie péruvienne.

Les merveilles de l’Argentine

Impossible à manquer sur la carte de l’Amérique latine, l’Argentine recèle un nombre de sites incontournables largement dignes de sa superficie ! Le pays du tango est connu pour ses splendides espaces naturels : d’époustouflants paysages de haute montagne y côtoient des plaines arides, des lacs idylliques et des glaciers impressionnants. À Buenos Aires, découvrez entre autres l’architecture colorée du quartier de La Boca et la gastronomie locale. Au nord-est, à la frontière brésilienne, les chutes d’Iguazú à la faune et à la flore sans égales méritent évidemment le détour. Pour terminer votre voyage en Amérique du Sud, la route nationale 40 vous conduira à travers les principaux parcs nationaux du pays jusqu’en Patagonie, où vous pourrez rejoindre la magnifique province de Terre de Feu.

Les meilleurs quartiers de Tokyo à visiter

Si vous visitez Tokyo pour la première fois, vous réaliserez très vite que quelques jours ne suffiront pas à faire le tour de l’immense mégalopole. Réunissant traditions millénaires et modernité futuriste, la capitale japonaise est divisée en 23 arrondissements qui regorgent de découvertes en tous genres. Pour profiter au mieux de votre séjour, voici quelques recommandations sur les quartiers à ne pas manquer !

meilleurs quartiers de tokyo

Des quartiers traditionnels où dormir et flâner

Malgré les transformations conséquentes subies par la capitale au cours des dernières décennies, le Tokyo historique et traditionnel est toujours bien vivant dans de nombreux quartiers. Si vous cherchez un endroit où loger à Tokyo, ou si vous souhaitez découvrir monuments typiques et musées, vous y trouverez sans mal votre bonheur !

Des coins paisibles où passer la nuit

Avec ses presque 14 millions d’habitants, la métropole tokyoïte peut vite devenir étouffante. Le choix d’un endroit calme où dormir à Tokyo n’est donc pas sans importance. Les quartiers d’Ueno et Yanaka sont à la fois très vivants et tranquilles. Bien reliés au réseau de transport, ils sont particulièrement pratiques pour établir un pied-à-terre. Un peu plus au nord, le quartier populaire de Sugamo est idéal pour les petits budgets.

Une richesse culturelle étonnante

Pour visiter Tokyo, les quartiers traditionnels sont un excellent point de départ. Le quartier d’Asakusa, plutôt animé en journée grâce à ses multiples boutiques et restaurants artisanaux, est très calme le soir. Ses temples offrent des instants de répit bien appréciés : ne manquez pas le Senso-ji, le plus ancien temple de la ville, accessible à toute heure. Tout proche de la gare centrale de Tokyo, le quartier de Chiyoda est quant à lui connu pour abriter le célèbre palais impérial. Bien que celui-ci soit rarement accessible au public, ses jardins valent à eux seuls le détour.

Des quartiers modernes au rythme endiablé

Que faire à Tokyo, une fois la visite des temples et des musées terminée ? Rendez-vous dans les quartiers branchés pour découvrir une ville tournée vers le futur ! Tokyo est un véritable paradis pour les amateurs d’architecture moderne. Les fans de shopping et les fêtards ne seront pas en reste.

Merveilles d’architecture et boutiques de mode

Immeubles impressionnants, écrans géants et magasins innombrables… Shibuya est sans conteste le quartier de Tokyo le plus emblématique. C’est l’endroit idéal pour prendre un bain de foule et de culture japonaise moderne. Plus calme, le quartier d’Odaiba est situé sur une île artificielle. On y trouve une multitude de restaurants et de boutiques en bordure de la baie. Enfin, le quartier de Chuo est connu pour ses enseignes de luxe et… son marché aux poissons !

Une vie nocturne exaltée

En fin de journée, dirigez-vous vers les gratte-ciel de Shinjuku, l’un des coins à voir absolument à Tokyo. Ce quartier qui ne dort jamais abrite à la fois de très grands clubs de haut standing et une myriade de bars et restaurants minuscules, beaucoup plus accessibles. Dans un tout autre style, le quartier d’Ikebukuro, situé plus à l’extérieur de la ville, est un vrai temple du divertissement, où fleurissent bars, Game Centers et autres parcs à thème.

Comment choisir ses chaussures de randonnée ?

chaussures de randonnéeQue vous débutiez ou que vous soyez un(e) marcheur(se) chevronné(e), le choix des chaussures de randonnée est une étape cruciale lors de l’achat de votre équipement. Pour éviter l’inconfort et les accidents et profiter au mieux de votre sortie nature, il vous faudra trouver la chaussure adaptée au sport que vous pratiquez, à vos conditions de marche, et bien entendu à votre pied ! Voici quelques conseils pour choisir vos chaussures de marche et dénicher la paire idéale parmi des centaines de marques et de modèles.

À chaque sport sa chaussure !

La randonnée en montagne se décline en une multitude de sports, qui nécessitent chacun un équipement bien particulier. Par conséquent, les fabricants de chaussures de randonnée proposent des modèles conçus spécifiquement pour les différentes pratiques. On peut les classer en trois catégories, qui représentent une première étape pour savoir comment choisir ses chaussures de randonnée.

Les chaussures d’alpinisme

En fonction du niveau de difficulté envisagé, les chaussures d’alpinisme idéales sont plus ou moins sophistiquées. Certains modèles sont par exemple conçus pour résister à des températures extrêmes, en très haute montagne. Toutefois, la plupart des chaussures d’alpinisme partagent des caractéristiques communes : plutôt massives, il s’agit de chaussures montantes, dites “à tige haute”, relativement rigides, et munies de débords permettant l’utilisation de crampons.

Les chaussures de petite et grande randonnée

Pour une pratique plus classique de la randonnée, on privilégiera des modèles plus légers mais robustes. La hauteur de la tige dépendra du type de parcours – tige haute pour les terrains très accidentés, tige “mid” ou tige basse pour les terrains plus accessibles – mais également des préférences du marcheur et de la charge devant être supportée par les chaussures. Selon les distances parcourues et le type de terrain, et en fonction de votre budget, vous pourrez choisir entre des modèles très perfectionnés et d’autres plus basiques.

Les chaussures de randonnée rapide et de trail

Beaucoup plus légères et souples, les chaussures de trail ont une apparence proche de la basket, tout en conservant certaines caractéristiques de la chaussure de randonnée, telles qu’une bonne accroche de la semelle et un maintien optimal du pied. Si elles n’offrent qu’une protection limitée, elles sont idéales pour la course et la marche rapide sur un terrain montagneux mais peu accidenté.

Deuxième critère de choix : les conditions d’utilisation

Pour bien choisir vos chaussures de randonnée, estimez au préalable vos besoins. Pour quel climat prévoyez-vous d’utiliser vos chaussures de marche ? Sont-elles destinées à une utilisation spécifique, ou doivent-elles être polyvalentes ?

Chaussure imperméable ou respirante : un choix critique

Grâce à l’évolution des matériaux et des techniques de fabrication, les modèles de chaussures de randonnée disponibles sur le marché sont de plus en plus performants et polyvalents. Toutefois, difficile de trouver un modèle à la fois parfaitement respirant et imperméable ! Pour les destinations chaudes, les modèles les plus légers permettent une bonne évacuation de la transpiration, mais ne vous protégeront pas de l’humidité extérieure. À l’inverse, des chaussures avec coque en plastique sont certes proches de l’étanchéité, mais n’évitent pas d’avoir les pieds mouillés à cause de la transpiration. Les chaussures avec membrane, par exemple de type goretex, sont une bonne alternative : elles offrent une imperméabilité très satisfaisante, tout en étant relativement respirantes. La thermicité est également un critère important : on ne choisira pas les mêmes chaussures pour randonner par 30°C que pour marcher dans la neige. Toutefois, l’ajout de semelles spécifiques sur un modèle de chaussures polyvalent vous permettra d’utiliser la même paire de chaussures en été et en hiver.

Quelle chaussure pour voyager ?

Vous partez en voyage, et ne savez pas quelles chaussures de randonnée choisir ? S’il vous faut les transporter, soyez attentif(ive) à leur poids : un modèle léger et compact sera plus facile à ranger dans votre sac à dos. Par ailleurs, si vous n’emportez qu’une paire de chaussures, choisissez un modèle au design discret, que vous pourrez porter même en ville. Si chaussure de randonnée rime rarement avec style et légèreté, les modèles polyvalents et relativement agréables à l’œil sont de plus en plus nombreux sur le marché.

Trouver l’équilibre entre protection et confort

Une fois défini le type d’utilisation que vous aurez de vos chaussures de randonnée, l’important est bien sûr que vous soyez bien dedans. Ainsi, pour choisir sa chaussure de randonnée, il est nécessaire de trouver un équilibre entre technicité et confort. Pour cela, vous n’échapperez probablement pas à l’essayage !

À chacun sa chaussure de randonnée

Voici peut-être le conseil le plus important pour choisir vos chaussures de randonnée : chaque pied est différent et a des besoins bien particuliers ! Quoi qu’en dise la théorie, la forme de votre pied sera l’un des premiers critères de choix. Certains modèles sont plus adaptés pour les personnes aux pieds larges, d’autres conviendront mieux à un marcheur à la voûte plantaire très marquée, etc. La thermicité de votre pied est également importante : d’une personne à l’autre, les besoins en termes de chaleur et de respiration de la chaussure varient fortement. Il n’y a pas de secrets : pour choisir la chaussure qui vous convient le mieux, il faut l’essayer. N’hésitez pas à décrire précisément vos besoins à un vendeur spécialisé, qui saura vous aider à faire le tri entre les modèles.

Que prendre en compte lors de l’essayage ?

Après avoir déterminé la catégorie de chaussures que vous souhaitez acquérir, choisissez le type de tige qui vous convient le mieux. Si certains randonneurs ne jurent que par les tiges basses, d’autres se sentent bien plus à l’aise avec des tiges hautes, qui offrent une plus grande stabilité de la cheville, même pour des randonnées occasionnelles. Prêtez ensuite attention à la rigidité de la semelle, plus ou moins importante selon les modèles. Certaines chaussures de randonnée sont par ailleurs dotées de caractéristiques intéressantes, comme les lacets automatiques, qui en raviront plus d’un. Enfin, dernière question importante, celle de la pointure : pour choisir la bonne pointure pour vos chaussures de randonnée, vous devez vous assurer que votre talon est bien maintenu et que votre pied ne touche pas l’avant de la chaussure, y compris lorsque votre pied est fléchi ou lorsque vous marchez sur un terrain en pente.